La Tour Sombre - 1 LE PISTOLERO

Publié le par Illegal-book

http://www.latoursombre.com/wp-content/uploads/2009/07/le-pistolero1.gifTitre : Le Pistolero

Genre : Fantasy

Auteur : Stephen King

Date de parution : 1982

Synopsis : "L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait..." Ce Pistolero, c'est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d'un monde qui a "changé" et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux. Roland surmontera-t-il les pièges diaboliques de cette créature ? A-t-il conscience que son deston est inscrit dans trois cartes d'un jeu de tarot bien particulier ? Le Pistolero devrai faire le pari de le découvrir, et d'affronter la folie et la mort. Car il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables...

 

 


Mon Avis

 

A la fois simple et contexte, le premier tome de la saga nous emmène rapidement dans l'univers étrange de Roland de la Gilead. J'avais une petite appréhension avant de le lire car le dernier Stephen King que j'avais lu (La Ligne Verte), est simplement le plus bel ouvrage que j'ai eu la chance de lire !!! Le Pistolero ne m'a pas du tout déçu, au contraire. On s'accroche très vite différents aux personnages. Chacun possède sa personnalité et son histoire. En plus, King manie parfaitement bien les descriptions des décors et les scènes d'actions sont très fluides. Il parvient à nous faire sombrer avec son personnage principal. Plus on avance dans le roman, plus il est difficile d'en sortir. On est suspendu aux actions de Roland. Chacun de ses gestes, chacun de ses paroles nous tiennent en haleine du début à la fin. Il est toujours au bord de la folie, toujours à deux doigts de tuer tous ceux qui l'entoure. On sent qu'il ne vit que pour sa quête, c'est sa détermination qu'il le fait vivre et qui l'empêche de sombrer dans la démence. 


Le seul véritable point faible, c'est peut-être les flashs back... Il y a en souvent et on n'est pas toujours prévenu. A certains passages, il faut s'accrocher pour comprendre le pourquoi du comment. On peut changer d'univers, d'époque, d'un chapitre à l'autre sans pratiquement aucune transition. Néanmoins, le Pistolero est très accrocheur. C'est une très bonne mise en bouffe pour la suite de la sage. Il nous donne envie de lire le prochain : Les Trois Cartes. Mais avant de me lancer dans la suite de l'aventure, je vais lire un autre Stephen King : Dôme ! On m'a dit que c'était l'un des meilleurs de King depuis bien des années alors bien évidemment, faut que j'aille voir ça...

 


Publié dans Stephen King

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fleurdusoleil 29/03/2011 13:47



On se laisse facilement entrainer dans le sillage sombre de Roland. En ce qui concerne les flash-back, tu verras par la suite qu'ils sont importants dans cette quête. Mais je ne t'en dis pas
plus.
Bonne lecture...